Ce jeudi 12 mars est donc la pire journée de l’histoire des marchés financiers européens.

En l’absence d’acheteur, l’ensemble des places européenne perd 12% à 17%.

 

La raison ?

Bien évidemment le catalyseur de cette crise est le coronavirus COVID19, Mais la baisse brutale des marchés aujourd’hui a été accentué par la mauvaise digestion par le marché des annonces du jour. Nous pourrions évoquer les mesures de la Banque Centrale Européennes (BCE) ou la fermeture des frontières Américaines, mais le vrai problème est ailleurs.

Nous vivons aujourd’hui une crise de confiance importante à l’égard des différents acteurs !

"Ce n'est pas tant l'aide de nos amis qui nous aide que notre confiance dans cette aide"

Epicure

Explications

Hier soir, la chancelière allemande parle de tolérer le déficit public tout en précisant que “60 à 70% des Allemands vont être infectés par le coronavirus”. C’est tout un pays qui prend conscience de l’inquiétude qui règne au plus haut sommet de l’état.

Plus tard dans la soirée le président Américain proclame lors d’un discours confus que l’accès aux personnes et aux biens en provenance d’Europe est suspendu pour 1 mois. Quelques minutes plus tard sur twitter il reviendra sur ces propos et confirmera que ces restrictions ne s’appliqueront pas aux biens et seulement aux personnes. En plus d’appliquer la seule mesure que déconseille l’OMS, une telle confusion à fait fondre la confiance envers l’administration. Rappelons également que Donald Trump à supprimé au début de son mandat le poste de responsable épidémiologique au sein de la maison blanche.

En début d’après-midi l’intervention de Christine Lagarde présidente de la BCE, n’a une nouvelle fois pas rassuré les investisseurs. Bien qu’elle ait annoncé quelques mesures monétaires pour soutenir l’économie, la présidente a délivré dans l’ensemble un discours de vérité. Elle a laissé la responsabilité de la gestion de cette crise aux états membres. La BCE n’ayant, selon elle, pas la marge de manœuvre nécessaire.

Enfin, pavé dans la marre par excellence, l’annonce en milieu de séance à Wall Street d’une injection de liquidité de la réserve fédérale américaine (FED) de 1500 milliards de dollars n’aura eu aucun effet. 

"Le plus dur c'est pas la chute, c'est l'atterrissage"

La Haine, 1995

pOINT GRAPHIQUE SUR LE cac40

Toujours plongé dans une course à la liquidité, l’ensemble des classes d’actifs sont survendues.  

Nous vous proposons un peu de distance dans cette période de stress. Mise en perspective long terme du CAC40, la vitesse de la baisse est impressionnante. 

Jeudi noir sur les marchés :

CAC 40 : -12,3%

SMI : -9,6%

S&P : -9,5%

Bitcoin : -25%

Pétrole : -7%

NOS DERNIERES PUBLICATIONS